L’intégrale de la musique

Visiblement les cafés-concerts ne sont pas voués à disparaître ! Même si le Covid, mais pas que, a donné le coup de grâce à certains, la relève est là. Et l’esprit de ces lieux de culture et de partage peut être recréé voire même magnifié. La preuve avec le CHAFF à Bruxelles qui vient de rouvrir ainsi que le non moins mythique Escalier en cité Ardente. Et puis il y aussi de nouveaux lieux qui entreront peut-être un jour dans la légende, comme Les Deux Ours, perdu en pleine campagne du Condroz. Suivez le guide !

"Le Chaff des Marolles ne rouvrira pas", titrait l’Avenir à la fin du mois d’avril 2021. Pour sa patronne Sophie Gillet : « Avec les mesures corona, l’esprit du Chaff n’a plus rien à voir ». La tenancière espère désormais qu’un repreneur « gardera le caractère du Chaff » et que ne s’installera pas « un McDo ou un Exki ». Situé sur la Place du Jeu de Balle, ce bar/restaurant est également devenu le QG des amateurs de musique alternative en proposant une programmation musicale audacieuse, éclectique et concoctée par le musicien Rodolphe Coster pendant plus de 10 ans.

Jeremy Tauzin et Thomas Carlon connaissent bien l’établissement puisqu’ils y ont travaillé quelques années, ils ont même repris l’affaire il y a deux mois. « On était les premiers au courant de la faillite et donc on a fait une offre de rachat. L’idée c’est de garder l’esprit du bar à la fois populaire et ancré dans son quartier mais aussi punk et à la mode. Il a fallu faire un certain nombre de travaux mais le but était de garder l’âme du lieu et de continuer à la faire vivre comme on l’aimait », précise Jeremy. Le CHAFF existe depuis 2001, les concerts se sont intensifiés il y a une dizaine d’année. Les artistes se produisaient en général le lundi, jour où beaucoup de salles sont fermés ce qui permettait aux organisateurs de choper des groupes en tournée et le duo a gardé cette formule actuellement. « Souvent ce sont des artistes sont entre deux dates, en day off, ils jouent à Paris le samedi et le dimanche à Lille. Avant il y avait un programmateur, mais on a repris le flambeau avec Thomas. Nous avions déjà un réseau de tourneurs car nous avions déjà organisé des concerts par le passé. Cela s’est fait naturellement. » Le CHAFF a accueilli le meilleur de la scène musicale locale mais également de nombreux artistes et groupes internationaux comme Laetitia Sadier (Stereolab), David Freel (Swell, décédé tout récemment), Cléa Vincent, le groupe garage punk alternatif néozélandais The Beths, les Buriers de James P Honey et leur folk antirap londonien… « Et ça va continuer dans les mois à venir avec le groupe danois Powersolo, du rock indie comme Boy Toy, Male Gaze… Bref, une programmation punk, alternative, hip-hop avec des groupes groupe belges comme Ada oda (à voir le 9 mai, - ndlr). » La salle a une capacité de 80 à 100 places et tous les concerts sont gratuits ! « On n’a pas envie de n’être qu’un lieu de concerts donc il n’y en a pas tous les soirs. Mais s’il y a des groupes qu’on a absolument envie de faire jouer et qui sont disponibles un autre jour de la semaine que le lundi, on le fera. L’objectif c’est quand même d’être un bar de quartier le reste du temps, il y a le marché du Jeu de Balle et on accueille les chineurs… et puis il y a le restaurant. Au niveau resto c’est du local, frais et 100% bio. On a une carte assez réduite avec 4 plats qui tournent toutes les semaines. »

Direction Liège

Autre ambiance, autre accent, nous voici à présent en Cité ardente où une institution pour les aficionados de musique rock vient de renaître de ses cendres : l’Escalier. Créé en 1992, le café a fait du chemin depuis le jour où Fabrice Lamproye (aujourd’hui à la tête du festival des Ardentes), Pascal Levenstond et Denis Lamalle, diplômés en droit et passionnés de musique achètent une maison en plein cœur du Carré pour y créer l'Escalier. À l’époque le café et la scène au sont au rez-de-chaussée et un magasin de CD d'occasion et un vidéo-club occupent les étages.

Les groupes locaux, suivis très vite d'artistes flamands et étrangers, se succèdent sur la petite scène de 16 m². L'Escalier devient un rendez-vous de référence en Wallonie, malgré une capacité limitée (100 personnes). Jugez plutôt : Dominique A, Miossec, Autour de Lucie, Grandaddy, Papas Fritas, Tom Robinson, Shirley Manson (Garbage)… et les Belges Mud Flow ou Zop Hopop font partie des nombreux artistes à s’être produits au 26 de la rue Saint-Jean-en-Isle.

David Faway, son frère Jérôme et Laurent Glazemakers, les trois repreneurs, ont bien connu cette époque bénie qui a façonné leur culture musicale. Quand l’établissement a fait faillite en 2019, David, déjà propriétaire du Far West et du Lou’s Bar (où les concerts vont bon train) a été tenté. « Quand Freddo Rinné (le gérant de l’époque, - ndlr) a remis l’affaire, il m’a appelé mais ce n’était pas le bon moment et puis avec le Covid, cela nous a donné envie de revenir à l’esprit liégeois d’antan et qui a tendance à se perdre. On s’est dit : « si on ne le reprend pas qu’est-ce que ça va devenir ? Un café de guindaille de plus ? ». J’ai eu le même coup de cœur pour le Lou’s Bar qui risquait aussi de devenir un resto ou un magasin de nuit… Cela nous a confortés dans le fait de racheter l’Escalier. » C’est chose faite depuis le mois d’octobre 2021. Le bar avait beaucoup changé ces dernières années, organisant plus d’événements type soirées électro que de concerts. David essaie de réinstaurer l’esprit qu’il a connu il y a 20 ans. « J’ai découvert des tas d’artistes à cette époque, j’avais 18 ans. On revoit d’ailleurs des gens qui ne venaient plus du tout dans le Carré depuis une quinzaine d’années. » Pour cette réouverture, une nouvelle team a été engagée. La scène et la sonorisation ont fait peau neuve. « Le gros changement a été l’agrandissement du lieu en changeant les toilettes de place. C’est plus agréable et aéré et on passe de 100 à 180 personnes. » L’affiche très éclectique reste aussi locale qu’internationale avec par exemple Benjamin Schoos en concert au mois de juin avec The Loved Drones ou les Lords of Altamont qui ont commencé leur tournée européenne à Liège en mars dernier. « Mais le but est aussi de faire découvrir de nouveaux artistes, rock ou hip-hop », précise David. Et visiblement l’agenda se remplit bien, entre le passage le 18 avril dernier de Jesse Hugues du groupe Eagles of Death Metal (en DJ set)et les UK Subs au mois de mai, les affaires reprennent. Et pour les fans nostalgiques des Stray Cats, Slim Jim Phantom, l’ancien batteur du groupe, s’y produira en trio le 13 août prochain.
 

Les Deux Ours, bien plus qu’une cabane au milieu des bois

Pour Fred Macquet, à l’origine du projet, l’aventure a commencé il y a sept ans de façon itinérante, puis à Nandrin, avant d’aménager dans un café de village à Modave et d’ouvrir… un mois tout pile avant la pandémie ! La "vraie" ouverture sera bien évidemment décalée à septembre 2021. « J’ai recommencé par des concerts le week-end et puis plusieurs en semaine. Ma programmation s’étend du jazz au rock en passant par chanson française, pop, roots blues, funk. Je programme aussi bien des groupes wallons, flamands, québécois, danois, français. Je suis un des premiers à avoir organisé un concert d’Angèle en première partie de son papa Marka. » Zita woon, Romain Humeau, Boggie Beasts, Nicolas Peyrac, Karin Clercq ont aussi foulé la scène des Deux Ours.

Le patron du lieu n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a été programmateur au Centre culturel de Seraing. « Puis j’ai tout envoyé balader. Après avoir travaillé dix années comme bûcheron, j’ai voulu construire ma propre cabane au milieu des bois. Et puis comme je gravitais dans le milieu musical, j’ai eu très vite un engouement de la part d’artistes comme Daan, Kris Dane Zop Hop Hop… Les Deux Ours, c’est aussi une salle de spectacles avec des événements comme des soirées vinyles. Nous avons notre propre bière et je privilégie le circuit court. Bref, c’est un concept où les artistes arrivent dans un lieu humain et accueillant. » Le résultat ? Une salle de 140 personnes aménagée dans l’esprit d’une cabane de trappeur. À découvrir…