L’intégrale de la musique

Augustin Fievet

Augustin Fievet s’inspire des décors de banlieues namuroises pour écrire ses textes. De cet ancrage local, il compose des morceaux avec beaucoup d’émotions, dans une ambiance romantique et minimaliste. Il dépasse la sonorité en mêlant lumière et vidéo.

Réseau
Entourage professionnel
Édition musicale
JauneOrange
Maisons de disques & Labels
City Tracks
Agences de placement/booking & Booker·euse·s
JauneOrange
Description

Alors, je suis Augustin Fievet et j’ai commencé la musique il y a bien quinze ans maintenant en jouant sur la guitare d’un pote. Il me l'a fait essayer et j’ai trouvé ça magique de pouvoir produire du son et d’organiser l’espace avec un instrument. Ça a été un coup de foudre. Après cela, j’ai bidouillé sur plein de logiciels et touché un peu à tout. J’ai démarré avec la basse que j’ai rapidement abandonnée. J’habitais dans un petit village et je n’avais personne pour jouer avec moi (rires). Le piano quant à lui est venu naturellement. J’écoutais beaucoup Superpoze à l’époque. Il avait sorti un album mélangeant musique électronique et piano et ça m’a fort marqué. À partir de ce moment précis, je n’ai rien lâché et j’ai joué du piano tous les jours pendant 6 ans. Voilà comment tout a débuté.

Il y a beaucoup d’artistes classiques qui m’inspirent comme Chopin, De Bussy, Ravel, Schuman, Schubert… Leur musique m’apporte vraiment une quantité astronomique d’idées. Je mélange ces dernières avec des influences plus électroniques comme Superpoze que j’ai déjà cité. Il travaille énormément sur les textures et les espaces sonores, ce qui m’intéresse beaucoup. Je suis aussi très friand de classiques de l’ambient comme Tim Hecker ou William Basinski.

Ce qui m’intéresse dans la musique classique, c’est la profondeur du langage et de la grammaire. L’excellence que cela entraîne et j’adore la texture de la musique électronique. À l’époque, j’avais lu un article qui m’avait marqué. Ce dernier disait que la musique classique et électronique était incompatible. J’ai toujours trouvé que c’était faux. Théoriquement, tout est possible ! Il faut juste trouver la bonne recette. Je me suis dis que j'allais relever le défi et c’est ce qui m’a poussé à mélanger les deux styles.

Galerie
À l’écoute
idlm, l’intégrale de la musique s’est donné pour mission de recenser tou·te·s les professionnel·le·s de la musique en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Vous êtes – ou vous représentez – Augustin Fievet ? Vous souhaitez modifier cette fiche ? Contactez l'équipe de l'intégrale de la musique.