i
Rechercher dans l'intégrale de la musique

Interprète, académie de musique, avocat spécialisé, pop-rock, compositeur, instrumentiste...
Cédric Favresse

Cédric Favresse

sous-catégories : Saxophone (interprète) genres : Jazz

Ayant étudié au Jazz Studio avec Ben Sluis, Cédric poursuit son apprentissage au conservatoire de Bruxelles avec Jeroen Van Herzeel. Il dirige avec Alain Deval le groupe Collapse depuis 2006. Il joue dans différents projets jazz comme Citta Collectif, Guacamole Trio, The Swing Fighters, mais aussi dans des groupes d’autres styles musicaux comme The Melting Pot, Kasa de Mansa, Hamid Bouchnak, The Uppers, Street Music, ...

Cédric a fait son apprentissage au conservatoire de Bruxelles. Il dirige avec Alain Deval le groupe Collapse depuis 2006. Il joue dans différents projets jazz comme Citta Collectif, Guacamole Trio, The Swing Fighters, mais aussi dans des groupes d’autres styles musicaux comme The Melting Pot, Kasa de Mansa, Hamid Bouchnak, The Uppers, Street Music. C’est un remarquable saxophoniste. Il est annoncé à l’alto, mais le son dans le grave dans « Kung-Fu » ressemble plus à celui d’un ténor. Quant à Jean-paul Estiévenart c’est son grand père qui a commencé à lui apprendre la trompette ; après 10 ans de classique il est passé au jazz et a joué avec pas mal de pointures ; en 2006 il a remporté le Django d’Or jeune talent. Il a une vélocité et un son doux assez à la manière des trompettistes des Balkans, d’ailleurs cette influence balkanique se fait sentir dans toute la musique du disque, ainsi que le klezmer, comme par exemple dans « Erupcja Duszy ». Le contrebassiste étudie encore au conservatoire de Gent, il aime les combinaisons jazz-électro. Ici il est tout à fait jazz, avec un gros son et des attaques rondes. Le batteur vient aussi du Jazz Studio comme les trois autres, il joue le jazz, le rock progressif et d’autres choses, comme beaucoup de jeunes musiciens aujourd’hui. La musique du groupe est composée par chacun des musiciens, selon les morceaux. On y trouve outre les influences mentionnées, un côté latino sur « The Rain », un côté « free » plusieurs fois, un côté bop sur « Orwells Disco Dance », de beaux dialogues trompette/sax comme sur « Hum ». Un quartette sans piano ni guitare, mais qui s’en tire très bien ; un groupe éclectique avec une belle énergie, un engagement total, du lyrisme, du partage et on sent le plaisir et la joie de jouer. Serge Baudot

Votre feedback est le bienvenu.

idlm, l’intégrale de la musique s’est donné pour mission de recenser tous les professionnels de la musique en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Vous êtes – ou vous représentez – Cédric Favresse? Vous souhaitez modifier cette fiche? Faites-nous part de vos commentaires.

×