i
Rechercher dans l'intégrale de la musique

Interprète, académie de musique, avocat spécialisé, pop-rock, compositeur, instrumentiste...
Olivier  Terwagne (Projet solo)

Olivier Terwagne (Projet solo)

sous-catégories : Projet solo (musiques actuelles) genres : Chanson

Olivier Terwagne se définit comme de la « french toy’s pop song mélancomique» par un clin d’œil anglo saxon un peu ironique. C’est un univers cabaret qui mélange jouets d’enfant, piano,accordéon des sons électroniques avec des instruments comme le cor (avec Stéphanie Gilly) ou le violon. Terwagne se situe entre Chopin, Philip Glass et Scott Joplin pour la musique, et Bashung,Brassens, Yves Simon, Biolay, Higelin ou Chamfort pour les textes. Les jeux de mots (« Tweet sur seins trompés ») et les détournements d’expressions (« Le désert du trop tard») sont autant d’armes ludiques pour jeter un regard à la fois poétique et satirique sur son époque. Un des fils rouges de son travail est l’incursion de l’Histoire avec un grand H dans l’histoire intime. 

Son premier album Mnémosyne (autoproduction, distribution Cod's) a été enregistré par Alonza Bevan bassiste gallois originaire de Londres cofondateur du groupe Kula Shaker et ex-bassiste de Johnny Marr. Un titre extrait de cet album « Le désert du trop tard » est diffusé sur la Première RTBF dès septembre 2015 dans l’émission d’Alexandra Vassen Sacré Français, la Vie en Rose et dans Zig Zag de Dominique Ragheb et entre ensuite dans la programmation radio. Au niveau de ses concerts, notons les premières parties de Daran, Michel Jonasz, Bertrand Belin, Ivan Tirtiaux ou encore Kula Shaker (respectivement au CC Action Sud de Couvin, à l'Espace Culturel de Vaison la Romaine, au Botanique de Bruxelles et à l’Ancienne Belgique (club). Il s'est dernièrement produit aux Francofolies de Spa dans le cadre du Franc’off et a remporté le prix de la Ville de Namur dans le cadre des Fêtes de Wallonie à Namur en septembre 2016.

PRESSE: 

Olivier Terwagne confirme (aux Francofolies de Spa 2016) l'excellente réputation qui le précède avec un set aux multiples instruments et aux allusions érotiques à peines voilées. Son répertoire, entre burlesque et amoureux, est aussi séduisant que son équipage de musiciens. Un album "Mnemosyne" à écouter d'urgence.
Francois Colinet,RTBF, juillet 2016 

« Olivier Terwagne ne mâche pas ses mots. Il les manipule, les ajuste, les assemble et nous livre des tranches de vie avec beaucoup de dérision. Dans Tweet sur seins trompés, il dissèque avec humour les pathétiques postures de l’amour sur Internet (pensez à lire le couplet caché sur le livret !), dans Blasphémateurs, chaque mot est comme une quille de jonglage entre ses doigts pour un numéro sans queue ni tête. Il y a aussi beaucoup de textes plus sombres comme La vie est un long deuil tranquille, Le cœur sale ou plus léger comme L’odeur âcre, sans jamais tomber dans le déjà-vu. Mais ce que l’on préfère ce sont ses mélodies envoûtantes comme dans Le désert du trop tard ou Nos faiblesses où il abandonne les instruments pour des sons électriques. Et si Mnémosyne est une Titanide grecque, déesse antique de la mémoire, c’est bien un album qui ne s’oubliera pas de sitôt » 
Matthias Swierzewski, Francofans, janvier 2016

« Mnémosyne, et « Le désert du trop tard », une vraie réussite. De nombreux musiciens de talent entourent son univers, l’aident à dessiner ses poésies chantées. » 

Alexandra Vassen Sacré Français, La Première RTBF et dans La Vie en rose - La Première 

“Parce que Olivier Terwagne c’est aussi de la poésie, des textes poignants, souvent mélancoliques, parfois nostalgiques mais surtout, d’une véracité à couper le souffle. Des métaphores légères aux jeux de mots comblés de justesse, il parvient avec audace et adresse à transmettre cette part de lui complètement prodigieuse. Son premier album solo “Mnémosyne” en est l’incarnation parfaite. Produit par Alonza Bevan cofondateur du groupe Kula Shaker. Sorti en été 2015, Olivier Terwagne nous offre quinze titres dont “Le désert du trop tard“, “Nos faiblesses“, “Tweet sur seins trompés” qui assurément, sont des chansons à découvrir au plus vite”
Mai 2016

« Artiste atypique, poète éclatant, Olivier Terwagne avait fait le buzz avec «Tweet sur seins trompés», variante référencée et irrévérencieuse d’une chanson bien connue. Pas lassé pour autant, le Couvinois débarque avec un premier album vacillant entre mélancolie, belgitude et totale dérision. On y prend des couleurs au souvenir du Brésil et des Diables dans l’excellent Banana Splitsing, on se perd dans le désert du trop tard. Chaque mot vaut son pesant de cacahuète et les musiques sont superbes. Quant au chanteur, il faudra le suivre,assurément » 
Alexis Seny, Vers l’Avenir National et Branchés culture (4 étoiles)
Août 2015 et mai 2016



« Le cœur a ses réseaux que la raison ignore» est une petite phrase extraite d’une chanson d’Olivier Terwagne. Celui-ci signe un petit bijou d’intelligence intitulé «Tweet sur seins trompés» qui est porté par une orchestration futée et un texte qui fleure bon l’irrévérence élégante. (….) Ce qu’on aime dans ses chansons? Une certaine malice mêlée de nostalgie, un petit côté ironique et vachard habillé d’une insouciance désarmante. Il y aussi les arrangements des morceaux qui se défient des étiquettes en allant puiser des idées dans plusieurs styles. On attend la suite avec impatience. » 
Thierry Dupiéreux rédacteur en chef de Vers l’Avenir National

« Olivier Terwagne nous livre ici son univers, fait d'histoires d'amour ("La vie est un long deuil tranquille", "Nos faiblesses"), d'histoires d'humour ("Tweet sur seins trompés", "Pas contentes"), de flèches venimeuses décochées contre notre société boursouflée et hypocrite ("Banana Splitsing", "Blasphémateurs") ou de nostalgie de l'enfance heureuse ("Je voudrais encore", "Tonton"). Dans tous ces registres, l'humour et la délicatesse ne perdent jamais leurs droits et l'écriture, cerise sur le gâteau, est une petite merveille de sensibilité et d'érudition littéraire. Olivier a tout composé et écrit (sauf "L'odeur âcre", dont les paroles sont d'Eric Piette) et a centré l'instrumentation autour de son piano, accompagné par une flopée d'instruments divers qui enrichissent magnifiquement les mélodies et les arrangements. (….) » 
François Becquart (Music in Belgium)

« Les poètes ne sont pas morts. Ni disparus. Ils sévissent encore à gauche et à droite, coupables de petites perles de lumière. Les poètes nous entourent, parfois dans le secret. A d’autres moments, ils envahissent notre quotidien, nous assomment de verbes qui enivrent. Nous avons croisé Olivier Terwagne sur la route d’un verbe étincelant. L’artiste s’est arrêté le temps de nous livrer ses secrets… Une sortie d’album, une réflexion sur la vie, le temps qui passe au programme de la lecture… »
Sylvie Godefroid, Sabam magazine août 2015


« Il faut être poète soi-même pour chanter si joliment les poètes. Ce qui caractérise Olivier Terwagne c’est alchimie entre poésie, enthousiasme, originalité d’interprétation et recherche de somptueuses sonorités. Retenez bien son nom. Véritable révélation dans tous les festivals auxquels il participe vous serez, nous en sommes certains, conquis à votre tour. »
Jean Paul Sermonte, dans la Revue les Amis de Georges (Brassens) en septembre 2014, 
Directeur des Amis de Georges et créateur du spectacle « Gala autour de Brassens » présenté tous les ans à la Grande Comédie de Paris.


« Des chansons très fraîches, des textes intelligents et bien pesés, un humour un brin décalé, une voix originale et une production dans l’ensemble très plaisante qui fait (un peu) penser à Thomas Fersen ou Vincent Delerm (…)"
Caroline Martin, Vivacité RTBF, octobre 2015.

“Un superbe album de chansons françaises où régulièrement il ajoute des expressions wallonnes de son "Tonton".
Jany Pacquay, Vivacité RTBF, novembre 2015

Votre feedback est le bienvenu.

idlm, l’intégrale de la musique s’est donné pour mission de recenser tous les professionnels de la musique en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Vous êtes – ou vous représentez – Olivier Terwagne (Projet solo)? Vous souhaitez modifier cette fiche? Faites-nous part de vos commentaires.

×