i
Rechercher dans l'intégrale de la musique

Interprète, académie de musique, avocat spécialisé, pop-rock, compositeur, instrumentiste...

Yôkaï

Cache-cache

Artistes Pop - Folk - Rock, Jazz
Yôkaï (c) Olivier Donnet
Yôkaï (c) Olivier Donnet

Yôkaï publie son second album sur le label Humty Dumpty. Jazz, rock alternatif, electronic, éthio-jazz, impro ? Difficile de cataloguer la musique de ce collectif bruxellois, qui ne se considère d’ailleurs pas non plus comme un collectif. Rencontre avec Yannick Dupont et Jordi Grognard.

Jacques Prouvost

Cerner l’identité musicale de Yôkaï n’est pas chose aisée. Le groupe aime brouiller les pistes et refuse de se laisser enfermer dans un style. Yôkaï est à la fois bourré de références, qu’il s’obstine à contourner, et épris de libertés, qu’il n’hésite pas à saisir.

Aux alentours de 2011, j’étais en résidence au Recyclart, raconte Yannick Dupont, batteur et l’un des principaux instigateurs du groupe. J’avais une carte blanche et, chaque mois, j’invitais différents musiciens. Yôkaï est né de l’une de ces rencontres. Le groupe - dans lequel on trouve alors, outre Yannick Dupont, Jordi Grognard au sax et aux flûtes, Fred Becker au sax et Axel Gilain à la basse - s’amuse d’abord à jouer la musique de John Zorn, Ornette Coleman, Éric Dolphy ou encore de Mulatu Astatke. Par la suite, complète Jordi, on a joué régulièrement au Potemkine où nous ont rejoints Eric Bribosia, puis Clément Nourry, Louis Evrard et Ivan Tirtiaux. On est passé de quatre à huit et on a commencé à écrire nos propres compositions

Identité

On a longtemps et trop souvent collé au groupe l’étiquette de « jazz éthiopien » parce que, c’est vrai, ils en jouaient, que cela leur parlait et qu’ils l’exploraient à leur façon. Mais les étiquettes, on n’aime pas trop ça chez Yôkaï. On est huit, et on a chacun notre propre culture musicale, précise Yannick. J’ai appris la musique cubaine mais je viens aussi du rock et de l’impro. Jordi et Axel viennent plus du jazz. De plus, il n’y a pas de leader chez nous, tout le monde a droit à la parole, c’est un système démocratique, parfois long et laborieux, pas toujours facile, mais tellement enrichissant. Si quelqu’un amène un morceau, c’est lui qui le dirige. Ensuite, on en parle et on s’engueule, lâche-t-il en riant.

On comprend bien que cette musique n’a pas de frontière et qu’elle peut vraiment prendre des couleurs très contrastées. Il suffit pour cela d’écouter les morceaux de l’album. On navigue entre fusion psyché, rock, jazz, électro et pourtant tout reste très cohérent. Yôkaï a trouvé son propre son, son univers.

Il n’y a pas beaucoup de groupes équivalents au nôtre. Peut-être uKanDanZ en France ou Imperial Tiger Orchestra en Suisse mais ils restent très orientés éthio-jazz. Nous, nous allons ailleurs. On n’a pas peur de l’impro ni d’aller se casser la figure devant le public avec deux guitares, un orgue, deux batteries et deux sax.

Unique

C’est en effet sur scène que Yôkaï s’invente et réinvente perpétuellement sa musique. Chacun de nos concerts est différent, c’est peut-être le point commun qui nous rapproche du jazz. Notre musique est sans frontière et finalement, c’est ce qui nous intéresse, c’est ce que l’on veut. Cette musique a toujours existé, insiste Jordi, mais elle ne se définit pas par une catégorisation. Regardez l’Art Ensemble Of Chicago dans lequel il y a plein de choses différentes qui vont du free jazz à la chanson française avec Brigitte Fontaine, ou Sun Râ aussi. Le « clean » et la stérilité académique nous ennuient. On aime Mingus ou Monk car ce sont des défricheurs de l’époque. Après 67 ou 68, il est écrit « New Directions In Music » sur les disques de Miles, pas « jazz ». Nous nous inscrivons un peu dans ce créneau mystérieux.

Dans cette optique, on imagine que le passage à l’enregistrement en studio a été mûrement réfléchi et remis plus d’une fois en question. On a enregistré deux sessions totalement différentes. L’une au Jet Studio, plus écrite et assez structurée, et une autre au Sunny Side, plus sauvage et très improvisée qui correspond peut-être un peu plus à ce que nous faisons sur scène.

Bien malin celui qui pourra mettre une étiquette sur la musique de Yôkaï dont le nom, rappelons-le, fait référence, non sans malice, à un esprit facétieux, mystérieux et insaisissable.

https://www.facebook.com/yokaisound

----

Yôkaï 
Yôkaï
Humpty Dumpty Records